Les Petits Pédestres

La meilleure guilde botanique! (On nous appelle les empotés)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les aventures de Feka

Aller en bas 
AuteurMessage
nekro-kili
Sédentier
Sédentier


Messages : 1

MessageSujet: Les aventures de Feka   Jeu 2 Sep - 11:30

[HRP]Bonjour tout le monde ^^

Il s'agit d'un RP(enfin peut-être pas exactement, je suis un fan de romans donc j'ai écrit comme un roman mais l'histoire a pas forcément un rapport avec mon personnage, à part le nom XD) que j'avais écrit pour un entretien mercenaire (sur un serveur non officiel, ne me jetez pas de pierres Sad c'étais ma seule possibilité pour jouer à dofus car mon pc voulait pas prendre 2.0, la honte XD donc le voici, le voilà Very Happy)[/HRP]

Partout le sang coulait à flot, l'armée brakmarienne venait à nouveau de repousser une attaque bontarienne dans les landes de sidimote, mais cette guerre fût plus sanglante que jamais, deux cent milles hommes venaient de périr sous le feu des attaques brakmariennes et quasiment aucune perte chez l'ennemi, il ne restait qu'une poignée d'hommes capable de tenir debout, bientôt un bataillon vient dans la direction de cette dernière, environ deux cent xelors, trois cent iop, cent crâ et quelques osamodas... ils venaient tuer les dernier les derniers survivants, c'étais sûr, ou alors les capturer, les quelques rescapés étaient debout s'appuyant chacun les uns sur les autres en crachant du sang, ils étaient gravement blessés et essayer de battre en retraite, l'un d'eux se retourna puis se mis à s'agiter en criant et en essayant de courir, malgrès sa jambe en mauvais état, il tomba puis, une flèche lui arriva dans le dos, encore une victime... le reste du groupe tenta de s'enfuir mais ils furent vite rattrapés par les iops, tous mort, deux cent milles hommes venait de périr sous mes yeux, moi Feka vient de voir deux cent milles compagnons d'arme mourir, je me blottis derrière un arbre en tremblant, je ne voulais pas être découvert, je ne voulais pas mourir, je voulais être libre !

Je resta là, guettant le moindre bruit, le moindre craquement de branche aurait suffit à me faire hurler de peur. Je n'entendais plus le bruit des brakmariens, ils devaient être partis, je tenta de me lever, je tomba, ma jambe s'étais pris un coup d'épée par un allié, je ramassa un bâton que j'avais pris pour tenter une défense si on me découvrait, je m'appuya dessus et commença a marcher vers les plaine de Cania.
J'empruntais le chemin le plus court et le moins dangereux pour me rendre au zaap le plus proche, là je pourrais tenter de trouver quelqu'un qui pourra m'aider à me soigner et à me transporter jusqu'à Bonta, la cité des bontariens. Je continuais d'avancer en évitant au maximum les nombreux kanigrous qui erraient dans le coin, je n'étais plus loin, je devais survivre, je m'écroula au sol.

Je me réveilla doucement, puis un bruit tonitruant me fit sursauter, avais-je étais capturer par l'ennemi ? non... il m'aurais tué comme tout les autres, et puis un simple grade un n'aurais aucune valeur. J'entendis crier, j'ouvris les yeux et mis ma main devant, la lumière était trop intense, les couleurs revenaient et je vis alors deux personnes qui me fixaient avec de grands yeux, une eniripsia et un féca, je ne ressentais aucune douleur, ils m'ont probablement secouru, merci d'avoir voulu veiller sur moi Domen. (amen ! hahaha, désolé jpouvais pas m'en empêcher.) Soudain l'eniripsia m'interrogea :


-"Qui es-tu ?" demanda-t-elle calmement.
-"Euh...et bien... je suis... Feka..." répondis-je en cherchant mes mots, j'avais beaucoup de questions à poser
-"Où suis..."
Je fus interrompu dans ma phrase par le féca.
-"Tu dois rester allongé et ne pas parler pour le moment, tu es encore faible jeune homme"

Je m'allongeais à nouveau et je fus pris d'un sommeil lourd.
Je dormis très mal, je voyais en boucle la scène du combat, je me levais en sursaut, j'étais en sueur, il n'y avais personne cette fois, je décida donc de me lever, seulement lorsque je posa les pieds au sol et me redressa, une vive douleur survenue dans ma jambe, certes, ils m'ont secourus mais personne ne peut faire de miracle je suppose... je pris alors mon bâton qui étais sur le côté du lit et je passa la porte, je me retrouva face à un immense champ où le blé poussait, il était jaune et mûr, à droite il y avait une prairie où étais élevé des moutons, je compris alors que l'endroit où je me trouvais étais la petite maison dans la prairie du disciple féca et de sa femme, je m'exclama alors :


-"Mais ces champs alors, cette prairie ! je dois être dans les champs de bonta !"
une voix douce répondit derrière moi :
-"Oui, effectivement bienvenue dans nos terres jeune féca"
-"Ah ! bonjour ! je voudrais vous remercier pour tout ce que vous avez fais ! je ne sais comment vous remerciez ! vous êtes ..."
-"Inutile de nous remercier, nous n'avons fais que notre devoir et ce n'étais pas grand chose... tu peux rester autant que tu le voudras"
-"Je suis désolé, je compte partir pour bonta dès que j'aurais trouvé votre mari pour le remercier"
-"Ha... pourquoi es tu si pressé ?"
-"Rentrons à l'intérieur, je vais vous expliquer, si cela ne vous gènes pas."

Je me mis donc à lui raconter le terrible conflit qu'il y avait eu entre bonta et brakmar, des scènes envahirent mon esprit ce qui me faisait trembler pendant que je narrais les étapes du combat, elle le vit et me demanda d'arrêter si je le souhaitais.
Je m'arrêtas donc, soudain la porte s'ouvrit et le féca entra, je m'empressa de lui poser des questions :


-"Est-ce que le compte rendu de la dernière guerre contre brakmar a été annoncé ? Est-ce qu'il y a d'autres survivants ? Est-ce que ..."

-"Calme toi pour commencer"
Je repris mon souffle et il me dit alors :
-"Non, nous ne connaissons pas encore le compte rendu de la guerre..."
Un lourd silence se posa, l'eniripsa me demanda alors :
-"Resteras-tu au moins pour ce dîner ce soir, il faut que tu reprennes des forces, ma magie de soin n'est pas puissante au point de calmer la faim indéfiniment" me dit-elle avec un clin d'oeil.

J'hocha la tête pour accepter, j'aida l'eniripsa pour préparer à manger et à mettre le couvert puis vint l'heure de se mettre à table, j'avais faim, très faim, j'aurais pû manger un meulou si j'en avais un sous la main !
Je restais silencieux le temps de manger, mes hôtes aussi l'étaient. Après le repas je retrouva le féca qui étais dehors entrain de fumer la pipe, je lui demanda alors :


-"Je suis désolé, mais est-ce que je pourrais partir maintenant, il faut que j'aille régler quelque chose à bonta rapidement..."
-"Tu pourras prendre une dragodinde dans l'enclos derrière la maison, mais d'abord, je veux que tu me promettes quelque chose..."
-"Oui, bien sûr je vous suis redevable, vous m'avez sauvé la vie ! Que voulez vous de moi ?"
-"Et bien, tu es encore très jeune, tu as probablement des compétences que la plupart des féca ont, et je voudrais t'aider à connaitre au moins les bases, au cas où, puis je te parlerais de quelque chose de très important je pense pour toi."
-"D'accord, je reviendrais !"

Puis je partis en courant vers l'enclos, je voulais partir le plus vite possible, je m'excuserais auprès de cette charmante femme quand je reviendrais.
Il faisait vraiment sombre cette nuit là, c'est comme si je m'étais attiré les foudres de Djaul ces derniers temps...mais je restais tout de même perplexe, qu'est-ce qu'avais bien pu vouloir dire ce paysan féca ? Quelque chose d'important pour moi ?
J'arriva à l'aube, les tofus volaient un peu partout, les maitres bolet dirigeaient leur élevage de champchamps, le monde étais bien tranquille après un tel massacre... J'arriva enfin devant la porte où deux gardes surveillaient, j'approcha, un des gardes m'interpella :


-"Que viens-tu faire ?"m'envoya-t-il méchamment
-"Je suis l'un des survivants de la défaite contre brakmar !"
-"Vraiment ? haha, on nous a dis que vous étiez tous morts ! C'est le monde à l'envers, les rats de grade 1 qui survivent !" claironna-t-il
-"Non...Je veux voir le roi !"
-"Très bien, rentre si tu le désires ! hahaha!"

j'étais désemparé par ce que je venais d'entendre... on vient de perdre des milliers d'hommes et ce garde... ce garde... se fou de tout ça ! Non ! Je ne peux y croire...Je me rendis à l'atelier des bouchers pour y prendre le zaapi en direction de la milice, il devait sûrement être là bas pour voir les nouvelles recrues.
Je descendis de ma dragodinde devant l'entrée et me mit à courir pour le trouver, il était dans la salle des stratèges, probablement voulait-il réattaquer brakmar, qu'est ce qui ne tourne pas rond chez lui ? je m'agenouillais devant lui et l'interpella :


-"Mon roi ! Je suis l'un des survivants de l'attaque menée contre brakmar, pourquoi personne n'a l'air au courant dans la ville ? Que se passe t-il dans cette cité ?"
Il soupira...
-"Est-ce que tu as l'intention de raconter à tout le monde notre échec cuisant face à brakmar ?"
-"Euh..."
Que voulait-il dire par là ? Personne n'étais donc au courant de ce qui s'est passé ? je repris :
-"Comment ça, personne ne sait ce qu'il sait passer ?"
Un soldat se mis à rire à ma droite et clama :
-"HAHAHAHAHA !! ils croient tous qu'ils ont été attaqué par une meute de meulou !
-"Silence toi !" lui rétorqua le roi
-"Non... comment cela est possible, cette cité ne dois normalement pas être pure et ne dois pas illuminer le monde ?
-"Tout n'est pas aussi simple, petit..."
De désespoir pour avoir découvert la véritable nature de bonta je sortis une dague de ma botte et je fonça sur le roi, mais un féca le protégea avec une armure, ma dague rebondit dessus.
-"Tu es bannis de cette cité pour avoir voulu me tuer, va ! Avant que je ne te fasse enfermer et tuer !"

Je ne savais plus quoi penser... je m'enfuya, en ne pensant à rien, hormis vouloir sauver ma peau. Je chevaucha ma dragodinde et repris le zaapi, je décida de retourner à la ferme puis je verrais bien.
Une fois arriver à la ferme, je mis la dragodinde dans l'étable et couru me réfugier à l'intérieur de la maison, j'avais besoin de quelqu'un pour partager mon sentiment, besoin de quelqu'un qui me comprendrais...Je ne trouva personne, ils travaillaient probablement la journée, je décida donc de nettoyer l'intérieur pour les aider dans leur labeur quotidien qui étais déjà assez pénible, je pris une petit repos par la suite, il devait être vers les quatre heure de l'après-midi, j'aperçus un bâton à côté de la porte d'entrée, je voulu le prendre, à son contact je ressentais une impression étrange, de la légèreté, de la puissance, et du bien-être, il était très maniable aussi.

La porte s'ouvrit et le fermier entra :

-"Ha ! Bonjour mon garçon ! Comment cela s'est-il passé ?"
-"Bonta est vraiment pourrit... ils ont dit que les soldats s'étaient fais attaqué par des meulous..."
-"Vraiment ? C'est une honte..."
-"..."
-"Et bien pour ce soir repose toi et essaye de prendre du recul sur les choses"

Il avait raison, j'avais besoin de repos et je devais essayer de clarifier les choses dans ma tête, où vais-je aller maintenant que je n'appartiens plus à Bonta. Apparternir à Brakmar ? jamais ! Que faire alors ? ...
Je me reveilla, et je vis le féca avec le bâton que j'avais tenu la veille, il me lança :


-"Et bien, enfin reveillé ? haha, allez, lève toi, on commence ton entrainement !"
-"hum... ? quésquispasse ?dis je d'une voix endormie
Il vint me lever :

-"Tu as un quart d'heure pour te réveiller et préparer !"
-"Grmbl... ok..."
Je me prépara donc, je sautas dans mes getas et je descendis au rez-de-chaussée, l'eniripsa dis alors toujours de sa douce :
-"Il t'attend dehors, va le rejoindre sinon il va râler"

Je sortis donc, à peine eu-je le temps de sortir qu'un bâton me fit envoyé
-"Attrape-le ! Un disciple féca se dois de savoir manier un bâton !"
[color=#0000CD]-"C'est celui qui étais dans l'entrée, non ?"
-"Exact, c'est une canne hète ! Te donner un bâton plus puissant serait dangereux pour ton jeune âge, ne t'en fais pas, je ne m'y mettrais pas à fond !" puis il éclata de rire.
-"D'accord..."
-"Pour commencer, tiens le bien fermement au milieu, il faudra apprendre à le faire tourner ! C'est une base !"

Mon entrainement commença donc ainsi, je du apprendre à maitriser tout d'abord les bâtons pendant plusieurs jours, ma maitrise n'est toujours pas parfaite mais on m'a dis qu'un sort légendaire pouvait augmenter considérablement sa précision et sa puissance, ensuite vint le plus compliqué à mon goût, il fallait apprendre à bien placer les glyphes, j'en connais actuellement deux, une qui a des dégâts et une qui permet de ralentir un ennemi, c'est plutôt pratique même si ce n'est pas très efficace, ça peut toujours aider. Vint ensuite la dernière étape, cette dernière étais plus intéressante, pour me protéger moi, ainsi que mes amis, il s'agissait de la maitrise des boucliers magique, cependant ces derniers utilisent beaucoup d'énergie et ne dure donc pas indéfiniment, je n'en connais que deux mais je vais devoir développer mes capacités au fur et à mesure, comme tout le monde. Après un an d'entrainement acharné vint ensuite mon tout premier duel, et oui, j'étais peut-être dans l'armée mais malheureusement on m'a enrôlé de force... donc comme je disais je fis mon tout premier duel contre mon maître...

-"Tu es prêt !?"
-"Plus ou moins, je me mélange encore dans certaines incantations..."
-"Pour le début je voudrais d'abord voir ton aptitude à manier ton bâton !"
-"Euh...d'accord ..."
Commença alors le combat, j'attaquai en premier, mon maitre parât et riposta, il m'atteignit aux côtes, je laissa échapper un petit cri, je ne savais pas encore très bien placer mes boucliers... Nous attaquions et parions presque tout nos coups, soudain, une faille je m'avança pour lui placer un coup mais c'étais une ruse, son bâton changeât de main et m'atteignit dans le ventre. Je tomba à genoux, le souffle coupé.
-"ç... ça... fais ... MAL !!" puis je me mis à haleter
Soudain une chaleur m'envahit, on venait de me soigner, je remercia la femme du fermier, ce dernier me lança :
-"Reprends ton bâton, c'est pas finis, je veux voir tes boucliers et tes glyphes !"
-"Ho... ça peut pas attendre ?"
-"Non, le jour est venu pour toi de te trouver un but, si tu me bats je te donnerais le nom d'un clan qui n'accepte que les personnes forte, cependant ils ne sont qu'une légende, mais je suis sûr que tu les trouveras, tu as besoin d'un lieu où tout le monde se comprend, où tout le monde vit avec ses difficultés, ici, c'est trop simple pour toi, alors bat moi et donne tout ce que tu as !"

De nouveau le combat repris, pourquoi devais je quitter ce lieu, je m'y plaisais tellement, mais je suppose qu'il a raison, je ne peux pas vivre sur leur dos indéfiniment, je vais rejoindre ce clan !
Le combat durait déjà depuis cinq bonne minutes, il me semblait interminable, à chaque coup que je portais il parait ou mettait un bouclier... il est vraiment très fort, je plaça une glyphe d'aveuglement, il se retrouva paralysé, j'avais ma chance, je posa une glyphe agressive, j'avais vraiment ma chance, mais j'étais beaucoup trop loin, je me souvins alors une parole lors d'un entrainement, "Laisse ton cœur se battre avec toi, sans tu seras aussi efficaces qu'un boufton", je vida mon esprit et me concentrer sur un moyen d'arriver rapidement à lui, je ferma les yeux un instant et les rouvris, j'étais juste devant lui, il avait les yeux écarquillés mais brillant d'espoir, je lui assainis un faible coup, je ne voulais pas le blesser, cependant le coup partis plus fort que je ne l'aurais penser et il le reçus dans les côtes, il tomba au sol, se retourna et me souri.


-"Tu as réussis, tu as écouté ton cœur plutôt que ta tête, il se peut que tu deviennes fort, mais n'oublie pas, on trouve toujours plus fort que soi [HS] n'est-ce pas monk Very Happy [/HS]"
-"Oui..."
-"Approche toi, je ne répèterais pas deux fois !"
Je m'accroupis et me mis à côté de lui.
-"Il existerait à Astrub, un clan de mercenaire, ils sont complétement à part, ils vivent selon les demandes des gens, mission d'assassinat, protection de villes, villages et j'en passe, ils ne sont pas très nombreux mais l'on dit que c'est un groupe très soudé et qui s'entraident toujours, je veux que tu ailles et que tu postules pour en devenir un... promet-le moi !"
Je ne savais pas vraiment, vous imaginez ? Partir dans un lieu lointain pour trouver peut-être une simple légende urbaine... cependant je lui devais bien ça...
-"D'accord, il en sera fait ainsi..."

[HS] Petite information : là je fais une version courte, donc j'évite le long voyage qui sera mouvementé et où des nouveaux compagnons apparaissent, je ferais une réédition plus complète de ce RP ainsi qu'une suite si il plait[/HS]

Nous étions enfin arrivés, là, devant cette gigantesque maison, Nous voulûmes entrer mais une personne nous en empêcha.
-"Connaissez vous le mot de passe ?"
-"Nous venons postuler pour devenir mercenaire !" rétorquais-je
-"Il vous faut un mot de passe de tout même, je vous laisse cinq minutes pour le trouver, il a un rapport avec ce que doivent avoir tout les mercenaires !"
Nous nous mîmes en cercle et nous mîmes à réfléchir... quel pouvait être le mot de passe... Pancake proposa cœur, non, impossible...
-"Il vous restes 30 secondes !"
-"hum...Je pense savoir !" petits bruits d'étonnement provenant de mes compagnons "Le mot de passe est : COURAGE"
-"..." il inclina sa tête sur le côté et me regarda avec des yeux étranges"Exact !"
Nous pûmes donc rentrer à l'intérieur, c'étais tout simplement bluffant ! Quelqu'un s'approcha de notre petit groupe.

-"Que puis-je pour vous ?
-"Nous voulons intégrer les mercenaires !"en choeur
-"Ha... veuillez me suivre dans mon bureau, un par un ! le féca, tu passes premier !"dit-il séchement
-"D'accord..."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.kili-games.tk
 
Les aventures de Feka
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» Aventures de la Fry-team
» Aventures en Campagne II - Mystère à Boinville
» Les petites aventures d'Alexcoolman
» [Fan-fiction] les aventures de ragnarok (tome1:a la recherche de l'orbe rouge)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Petits Pédestres :: La Place de Oyéhoyé Jean le Brave :: La Librairie du vieux Jean Sol Pâtre :: Bazar-
Sauter vers: